Workshop « Cartographier le traumatisme migratoire »

22 octobre 2020

Pour accéder à l’enregistrement audio, cliquez ici et ouvrez le dossier ‘audio only’

Bâtiment de recherche Nord, 5ème étage, Campus Condorcet

UTRPP / Université Sorbonne Paris Nord

ARGUMENT

Cette rencontre scientifique entre chercheurs nous permettra de faire le point sur l’état des recherches dans ce terrain clinique, ainsi que l’établissement d’un cadre théorique commun de travail. Notre projet est de nous pencher sur les possibilités d’accompagnement psychothérapeutique des personnes vivant dans l’errance et des migrants dans la grande précarité et l’exclusion. Cet accompagnement thérapeutique doit tenir compte d’un double traumatisme : celui des événements ayant amenés les migrants à quitter leur famille et leur pays, et le traumatisme du périple migratoire. Face à cette souffrance, la psychothérapie ne saurait se faire dans l’espace-temps d’une séance mais exige une présence de terrain, quotidien (Furtos 2018). La relation à un autre s’organise ainsi autour des trajets arpentés ensemble dans un repérage partagé de la ville qu’on reconnait dès lors comme associé à un contexte et à une signification (Humphreys 2014). Cette expérience partagée donne du sens aux échanges qui constituent le fondement du lien social et à la relation thérapeutique (Pawlik et al. 2019).

Ce travail autour des fragments de la ville et du quotidien constitue le paradigme du travail avec le trauma (Benhaïm 2005). Ce dernier est défini comme ce qui, de par son intensité, fait effraction dans le psychisme et ne laisse aucune trace, sauf celle de l’expérience sensorielle et ses effets angoissants (Capogna-Bardet 2014). Cette absence de mémoire empêche toute psychothérapie, qui doit dès lors commencer par la constitution d’une représentation de l’événement vécu (Humphreys & Pommier, 2016). Ce premier travail, fait autour de situations quotidiennes simples, est le paradigme des permanences psychologiques des « espaces de vie » (Douville 2012) à partir desquels la socialisation devient possible pour certains sujets (Chobeaux 2016).

Fernand DELIGNY a conçu les premiers espaces de vie à partir d’une réflexion qu’intègre la psychologie aux pratiques sociales et éducatives (Denans 2017). C’est dans ces espaces qu’il a tracé les déplacements répétitifs et sans sens apparent qu’effectuaient des enfants isolés, des jeunes psychotiques et des autistes, créant des cartographies de leurs trajets. On a vu ainsi apparaitre dans ses recherches la notion de ligne d’erre pour décrire les trajets arpentés par ces sujets dans la recherche d’objets sortis des systèmes habituels d’échange, dans l’effort d’établir un lien à la réalité (Miguel 2017). Le travail sur le rapport au réel et son inscription à travers les schémas de Deligny permet de rendre compte d’un processus de symbolisation et de socialisation importante non seulement dans la psychose mais aussi dans l’errance, la précarité et le trauma (Minart 2013).

Programme Workshop « Cartographier le traumatisme migratoire »