Apropos

Ce carnet de recherche sera dédié au partage et à la diffusion des discussions et résultats d’un séminaire de recherche issu d‘une coopération entre l’Université Paris 13 (USPC) et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales à Paris.

Nos séminaires visent à retracer le développement récent du champ disciplinaire de la Medientheorie entre la France et l’Allemagne. La Medientheorie de Friedrich Kittler s’est développée dans un dialogue fructueux avec la théorie française sans pour autant avoir trouvé une articulation propre dans le paysage scientifique francophone. Nos séminaires entendent questionner ce contre-transfert manqué. Nous porterons notre attention tout particulièrement sur le développement récent du champ disciplinaire de la Medientheorie entre la France et l’Allemagne.

La constitution de la Medienwissenschaft a toujours suivi un double mouvement : d’un côté, le souci de construire un champ disciplinaire innovateur avec ses propres méthodes et concepts ; de l’autre côté, le décloisonnement des champs disciplinaires déjà existants et une contestation des limites des savoirs institutionnalisés. Si la constitution de la Medientheorie comme discipline des sciences humaines et sociales a eu un impact considérable sur le profil du paysage scientifique et institutionnel en Allemagne mais aussi aux Etats-Unis, elle n’a toutefois pas débouché sur une réorganisation des savoirs en France ou elle est restée une branche des sciences sociales, notamment de la sociologie et des sciences de la communication. Ce constat est d’autant plus étonnant que la Medientheorie de Friedrich Kittler s’appuie explicitement sur la théorie française des années 1970. Ses notions clés telles que Dispositiv, Diskurs, Apparat ou Anordnung sont des traductions et appropriations affirmées des élaborations conceptuelles de Jacques Derrida, Michel Foucault, Gilles Deleuze, Jacques Lacan ou Paul Virilio. Kittler place ces concepts dans un nouvel agencement théorique et les fait ainsi évoluer vers d’autres contextes scientifiques et vers d’autres langues, notamment vers l’espace anglophone où les media studies occupent une place importante. En revanche, ces mêmes concepts n’ont pas été réintégrés ni confrontés de la même manière en France où ils sont restés cloisonnés dans leurs disciplines d’origine (philosophie, théorie littéraire, psychanalyse, sociologie). En explorant les dimensions praxéologiques et épistémologiques où ces concepts continuent à évoluer en France et en Allemagne, nos séminaires proposent une étude sur la migration de ces concepts et leurs tracés théoriques. Aussi, nous souhaitons questionner la généalogie des médias esquissée par Friedrich Kittler à la lumière des développements techniques et politiques actuels. En effet, si Kittler avait pensé les médias à une époque où les ordinateurs à la maison étaient encore rares et Internet presque impensable, l’impact social et politique des social medias sur les sociétés contemporaines a donné une nouvelle actualité aux hypothèses de Kittler mettant en évidence les rapports entre pouvoir et vérité à l’œuvre dans les dispositifs médiatiques.

Qu’est-ce qu’un medium ? Tracés conceptuels

La notion du Medium ouvre un chapitre encore non suffisamment traité dans l’histoire croisée entre la France et l’Allemagne tout en passant par d’autres espaces linguistiques, notamment l’anglais et l’italien. Il s’agit d’une notion dont les contours ne sont pas figés et dont la définition ne fait pas consensus selon les auteurs et les disciplines étudiés. L’origine de ce concept, dans son sens moderne, peut être situé dans l’entre-deux-guerres des années 1920. Ce sont notamment deux auteurs de langue allemande qui ont forgé cette notion dans un premier temps avant que son champ sémantique s’élargisse considérablement en s’appliquant à des contextes scientifiques et historiques beaucoup plus variés. Si Walter Benjamin a introduit le Medium comme concept clé d’une philosophie esthétique questionnant l’expérience humaine dans son interaction avec la technologie et ses progrès, Sigmund Freud définit le transfert comme Medium de la technique analytique.[1] Partant de l’idée que l’expérience humaine est toujours configurée par les conditions techniques et technologiques dans lesquelles elle évolue, les deux auteurs soutiennent l’idée que l’organisation du champ sensuel et les formes et rythmes de la perception dépendent essentiellement de l’histoire des appareils techniques. En conséquence, le concept du Medium désigne avant tout l’environnement ou le milieu dans lequel une expérience peut avoir lieu. Dès 1921, les deux auteurs précisent également le sens social de cet argument : en questionnant les changements de la perception produits par le domaine technique et matériel des appareils, le pluriel du « Medium » désigne désormais des moyens de communication de masse façonnant l’opinion publique. C’est notamment ce dernier aspect du Medium comme médiasqui a été très fructueux en France en ouvrant un champ de réflexion riche nourri par la sociologie [2], l’anthropologie [3], la médiologie [4]et les théories communicationnelles culturalistes [5]. En revanche, les enjeux esthétiques soulevés par le concept du Medium sont devenu un sujet de recherche des études cinématographique, de l’histoire de l’art, de la théorie des images et de la culture visuelle.

Or, c’est justement la combinaison des deux aspects dans un seul champ de recherche qui fait toute l’originalité de la Medienwissenschaft conçue par Friedrich Kittler. La Medienwissenschaft de Kittler reprend le double sens du concept du Mediumcomme à la fois technique et esthétique tout en référant cette question à une généalogie des médias.[6] Discipline polémique, la Medienwissenschaft de Kittler est une critique de toute philosophie basée sur la rationalité et de la détermination. Inspiré par le structuralisme et le post-structuralisme des années 1960 et 1970 [7], Friedrich Kittler la définit comme une philosophie de la contingence qui met en question tout discours unifiant et prétendant à une valeur universelle. Pour Kittler, il s’agit de « chasser l’esprit des sciences de l’esprit » [8] afin de les ouvrir à leur réel, à savoir à la matérialité et à la contingence de leurs fondements. Ainsi, Kittler entend construire une épistémologie fortement influencée par la réflexion sur la technique et les médias de Georges Canguilhem, Gilbert Simondon et Gilles Deleuze.

Medienwissenschaft : Enjeux « techniques »

En reprenant les premières intuitions de Benjamin et de Freud, la Medienwissenschaftde Friedrich Kittler rend explicite l’hypothèse antihumaniste qui aura considérablement contribué à une reconfiguration du champ des sciences humaines au cours du 20èmesiècle : les sujets et leurs corps sont le produit du progrès technique. En soutenant que ce n’est pas le génie humain qui invente et maîtrise les développements technologiques mais que c’est plutôt l’appareil qui forme le sujet, Kittler renverse également le rapport entre le corps et la possibilité de sa théorisation. Autrement dit, le monde matériel interfère constamment dans notre manière de construire nos rapports à la pensée introduisant un élément contingent et imprévisible dans toute tentative de théorisation. Ce matérialisme spécifique lié à la notion du Medium pose des problèmes considérables quant à la possibilité de formaliser les hypothèses et les concepts de la Medienwissenschaft tels que Medium, Übertragungou Dispositiv. La Medienwissenschaft est-elle vraiment une science ? Si les enjeux de la Medienwissenschaft ne se limitent pas à une formalisation scientifique, comment définir cette part de fiction laissée en friche qui continue de produire ses effets sur le discours scientifique ? Ce qui résiste à sa transformation en champ de savoir ne la place-t-il pas plutôt du côté d’un geste critique, d’un acte d’interprétation, d’un dispositif d’expérimentation ? La démarche freudienne dans sa manière d’articuler science et praxis nous permet d’avancer sur cette question.

Dans un champ tout à fait différent, la psychanalyse suit la même logique : l’hypothèse de l’inconscient est une réponse à la médecine scientifique et à l’exclusion de la subjectivité de la démarche clinique. Avec l’invention de la psychanalyse, Freud ouvre une toute nouvelle approche épistémologique du corps et du symptôme. Le symptôme n’est plus limité à l’objectivable mais a aussi un sens social, [9] articulant le singulier du corps à la langue. La langue porte un symbolisme lié à la culture et à la société mais l’individu se l’approprie de manière singulière. Cette singularité du langage nécessite une technique qui n’est pas modélisable mais contingente, dans l’actualité du dit. L’interprétation de cette actualisation dans le transfert ne saurait se réduire à un pur problème technique négligeant le caractère dialectique de cette notion. Freud pose ainsi le Medium, à la fois dans sa dimension gestuelle et théorique, en centrant l’articulation du subjectif au somatique, du singulier à l’universel, autour du langage. Pour Freud le langage est à la fois levier technique (transfert) et fondement théorique de la subjectivité. Cette préoccupation apparaît très tôt dans la réflexion freudienne, avec les notions d’inscription/traduction des premiers écrits établissant le lien entre langue et inconscient (notamment la lettre dite « 52 » à Fliess de 1896).


[1] Cf. les textes emblématiques de Walter Benjamin, Kleine Geschichte der Photographie (1931) et Das Kunstwerk im Zeitalter seiner technischen Reproduzierbarkeit (1935)et de Sigmund Freud, Vorlesungen zur Einführung in die Psychoanalyse (1917) et Massenpsychologie und Ich-Analyse (1921). A cet endroit, il faudrait également retracer toute la tradition de la Frankfurter Schule qui se développe à partir de cette première constellation, notamment dans l’œuvre de Theodor W. Adorno et  Max Horkheimer.

[2] Le courant sociologique a été préparé par Pierre Bourdieu (cf. Sur la télévision(1996)) et trouve un développement récent notamment dans les Centres de recherche de l’EHESS. A titre exemplaire pourraient être nommés les travaux de Cyril Lemieux et de Sylvain Bourmeau mais aussi, pour le domaine éditorial, de Gisèle Sapiro.

[3] Cf. Bernard Stiegler, La technique et le temps, 3 tomes (1994-2203).

[4] Le concept de la médiologie a été forgé par Régis Debray dans plusieurs de ses ouvrages. A titre d’exemple, nous citons ici Introduction à la médiologie (2000) et Le Pouvoir intellectuel en France (1979).

[5] Cf. Rémy Rieffel, Que sont les médias, Paris, Gallimard, 2005.

[6] Ce double aspect est fondamental pour la construction des œuvres majeures de Friedrich Kittler dont notamment Aufschreibesysteme (1985), Grammophon, film, typewriter (1986) et Optische Medien (2002).

[7] Nous faisont ici référence aux œuvres de Jean Baudrillard, Jean-François Lyotard et Paul Virilio pour des conceptualisations plus explicites du monde « médiatique » mais également de Jacques Derrida, Gilles Deleuze et surtout Michel Foucault pour l’univers « discursif ».

[8] Friedrich Kittler, Austreibung des Geistes aus den Geisteswissenschaften. Programme des Poststrukturalismus (1980).

[9] Cf. Sigmund Freud, Das Unbehagen in der Kultur (1930), Totem und Tabu (1913) et Der Mann Moses und die monotheistische Religion (1938).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.