Visualités, textualités

VISUALITES, TEXTUALITES.
Regards croisés sur la Medientheorie

 

Vendredi, 2 décembre 2016
EHESS, 190 Avenue de France, 75013 Paris, salle 640

13h30     Franziska Humphreys (EHESS): Mots. Bruits. Images. Arpenter la Medientheorie

I. Transferts

14h       Isabelle Alfandary (Paris 3 / Collège de philosophie): Penser la psychanalyse avec ou sans le transfert

14h30     Marie Lenormand (Université Aix-Marseille): L’espace du transfert

15h       Derek Humphreys (Paris 13): Cadre, dispositifs. Le transfert dans la cité

15h30     discussion

16h       pause café

II. Textualités

16h30     Judith Kasper (Ludwig-Maximilians-Universität, München): Lire le mot mannequin

17h00     Johanna Spangenberg (Ludwig-Maximilians-Universität, München): « Le vers n’est très beau que dans un caractère […] typographique » – Mallarmé and Kittler

17h30     discussion

 

Samedi, 3 décembre 2016
EHESS, 105 bv Raspail, 75006 Paris, salle 2

9h30      Astrid Deuber-Mankowsky (Ruhr-Universität Bochum): L’apriori technique et l’automate spirituel: penser avec Kittler et Deleuze

10h       discussion

III. Visualités

10h30     Michael Levine (Rutgers University): Out-takes of a Life: Benjamin’s “Storyteller” and the Cinematographic Unconscious

11h00     Claire Salles (EHESS): « La peinture en séton » : dire l’œuvre abstraite de Martin Barré

11h30     Jasmin Degeling (Ruhr-Universität Bochum): Aesthetics and Politics of Care. Schlingensief’s Archaeology of Richard Wagner

12h       discussion

Avec le soutien du

img-1-small480

Articles récents

La main a-t-elle de l’esprit ?

Séminaire du 4 octobre. 

Une hypothèse freudienne fondée sur une fantaisie phylogénétique supposait dans le processus d’hominisation le passage de la station à quatre pattes à la position debout entraînant un refoulement dit organique (organische Verdrängung) des satisfactions libidinales olfactives pour faire place à un primat du visuel. Dans cette séance de travail, Eric Bidaud a interrogé, à partir de l’état de notre modernité, qui nous éloignerait de plus en plus de la capacité de fabriquer de nos propres mains les objets, cet effet de refoulement de la main et de l’investissement dont elle était objet. Il part de l’hypothèse d’une analogie entre le refoulement organique freudien et un refoulement de la fonction de la main produit par l’emprise de la technologie et de la numérisation du lien au monde et dont nous mesurons actuellement modestement l’enjeu.

Dans la discussion de cette présentation nous avons évoqué l’article d’Astrid Deuber Mankowsy paru en 2017, “The paradox of a gesture, enlarged by the dimension of time: Merleau-Ponty and Lacan on a slow-motion picture of Henri Matisse painting”, que nous mettons à votre disposition : Paradox of a gesture

Pour accéder à l’enregistrement de la séance, vous pouvez cliquer ici

  1. Séminaire thématique “La technique, la main, le regard” Laisser un commentaire
  2. Nicolas Schwalbe: Psychanalyse du paysage et langue-pensée chinois. De(s) biais sonore(s) au(x) montagne(s)-eau(x) Laisser un commentaire
  3. Franziska Humphreys: « Un miroir ! Un miroir ». Narcisse ou la recherche de la forme à travers André Gide et Gustave Moreau Laisser un commentaire
  4. Evangelia Tsoni: Sujet et/ou objet de mouvement dans les trajectoires d’errance Laisser un commentaire