Formes de l’informe

FREUD : FANTASME ET REPRESENTATION

 

Le point de départ de notre séminaire intitulé « Freud : Fantasme et représentation » sera la lecture de L’Interprétation du rêve, livre dans lequel Freud tente pour la première fois de fonder la psychanalyse et de créer un corpus théorique de ce qui relève de l’observation empirique et d’une clinique en train de s’inventer. C’est dans le chapitre VII deL’Interprétation du rêve, que Freud met en relation ce qu’il appelle les Phantasien, traduit en français par le mot fantasme, et le désir inconscient. Il ouvre ainsi la question inépuisable de la représentation sans objet défini et ses multiples formes. En parcourant le texte de Freud, notre regard de lecteur se heurte à des blocs d’images langagiers impénétrables et énigmatiques qui ne sont pas des simples signes : les mots contiennent des scènes muettes qui se déploient sous un regard attentif. N’étant ni de la rhétorique (bien qu’ils puissent se servir de ses moyens) ni de la grammaire, ils sont un phénomène d’émergence qui indique les bords, les failles et les perversions du sens. Cette image langagière n’est pas uniquement de l’ordre de la signification, mais recèle un moment affectif irréductible qui la distingue de son environnement textuel.

Freud se réfère-t-il indistinctement tantôt au registre du réel tantôt à l’imaginaire dans une démarche créatrice d’un concept qu’il découvre ? Pouvons-nous aujourd’hui resituer ces différents moments de Freud à la lumière du développement ultérieur des notions de signifiant et de représentation ? La langue porte des contenus informes qui nous affectent. La création poétique est la seule à être reconnue comme manifestation de ce poids matériel des mots. Comment Freud a-t-il mis au travail l’informe à partir d’autres événements comme le rebus, le Witz, le mot d’esprit, la Stimmung, le rêve ? Comment le style chez Freud ou l’association libre dans l’analyse donneraient-ils accès à une figurabilité retissant les rapports entre mots et choses ?

Au fil de ce séminaire, plusieurs intervenants, notamment des psychanalystes et des philologues dont Isabelle Alfandary, Monique David-Ménard, Jean-Pierre Lefebvre, Marie Lenormand, ou encore Horacio Amigorena seront invités à discuter avec nous de cette problématique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.