La main a-t-elle de l’esprit ?

Séminaire du 4 octobre. 

Une hypothèse freudienne fondée sur une fantaisie phylogénétique supposait dans le processus d’hominisation le passage de la station à quatre pattes à la position debout entraînant un refoulement dit organique (organische Verdrängung) des satisfactions libidinales olfactives pour faire place à un primat du visuel. Dans cette séance de travail, Eric Bidaud a interrogé, à partir de l’état de notre modernité, qui nous éloignerait de plus en plus de la capacité de fabriquer de nos propres mains les objets, cet effet de refoulement de la main et de l’investissement dont elle était objet. Il part de l’hypothèse d’une analogie entre le refoulement organique freudien et un refoulement de la fonction de la main produit par l’emprise de la technologie et de la numérisation du lien au monde et dont nous mesurons actuellement modestement l’enjeu.

Dans la discussion de cette présentation nous avons évoqué l’article d’Astrid Deuber Mankowsy paru en 2017, “The paradox of a gesture, enlarged by the dimension of time: Merleau-Ponty and Lacan on a slow-motion picture of Henri Matisse painting”, que nous mettons à votre disposition : Paradox of a gesture

Pour accéder à l’enregistrement de la séance, vous pouvez cliquer ici

Evangelia Tsoni: Sujet et/ou objet de mouvement dans les trajectoires d’errance

Le sujet et l’objet, ce que ou qui constitue le questionnement central d’un travail: ça renvoie presque à une exercice grammaticale afin de trouver le sujet et l’objet de la phrase de l’énonciation.

Dans la clinique nous avons à faire avec la question du sujet et de l’objet du discours. Ça renvoie à la fameuse question ontologique, et par essence tragique, posée sur la scène poétique par Œdipe à la Pythie de Delphes que Sphinx lui renvoie à son tour, et que Freud situe au centre de la scène analytique : « qui suis-je ? ». Question qui fonde le tragique de l’existence, mais qui se transforme dans les coulisses de la scène à un « Que suis-je » qui fait surgir le comique sur lequel se fonde tout discours – comme Freud le démontre pertinemment dans le Mot d’esprit. Ce fameux « que suis-je » articulé à la question « Che vuoi » dévoile la place de l’objet dans la psychopathologie de la vie quotidienne.

Continuer la lecture

Apropos

Mis en avant

Ce carnet de recherche sera dédié au partage et à la diffusion des discussions et résultats d’un séminaire de recherche issu d‘une coopération entre l’Université Paris 13 (USPC) et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales à Paris.

Nos séminaires visent à retracer le développement récent du champ disciplinaire de la Medientheorie entre la France et l’Allemagne. La Medientheorie de Friedrich Kittler s’est développée dans un dialogue fructueux avec la théorie française sans pour autant avoir trouvé une articulation propre dans le paysage scientifique francophone. Nos séminaires entendent questionner ce contre-transfert manqué. Nous porterons notre attention tout particulièrement sur le développement récent du champ disciplinaire de la Medientheorie entre la France et l’Allemagne.

Continuer la lecture