Séminaire thématique “La technique, la main, le regard”

Séance introduction: La technique et l’humain

« Si l’inconscient ne connait pas la négation, c’est parce qu’il n’y a rien de négatif dans l’inconscient, mais des rapprochements et des éloignements indéfinis du point zéro, lequel n’exprime pas du tout le manque, mais la positivité du corps plein comme support et suppôt ».

« Ce qu’on appelle propriétés de l’homme -la technique et le langage, l’outil et le symbole, la main libre et le larynx souple, le geste et la parole-, ce sont plutôt des propriétés de cette nouvelle distribution qu’il est difficile de faire commencer avec l’homme […] La main ne doit pas être considérée comme un simple organe, mais comme un codage (codage digital), une structuration dynamique […] La main comme forme générale de contenu se prolonge dans des outils… ».

C’est à partir de ces deux formulations de Deleuze que nous voudrions proposer
cette année une réflexion sur le relation entre technique et sujet. En effet, le sujet est
l’effet d’une interaction entre l’individu et son milieu, et c’est souvent l’invention d’une
technique ce qui détermine cette interaction.
La technique s’inscrit dans ce que Freud a appelé « Civilisation », et évolue avec
elle. Nous pourrions ainsi penser que notre approche des névroses, voire de manière
large, du symptôme, doit tenir compte de cette évolution du rapport entre sujet et
technique, et des formes que la culture a d’intégrer cette dernière. Il sera question
dans ce séminaire de penser, par exemple, la main et sa capacité à donner forme à
l’expérience subjective lorsqu’elle évolue entre le crayonnage, l’écriture, la machine à
écrire, l’ordinateur… mais aussi d’une réflexion sur l’image et la voix, du miroir à la
présence permanente du téléphone et de la caméra, et leur rôle dans l’organisation
des relations intersubjectives aujourd’hui. Cette réflexion sur le sujet et les relations
intersubjectives ouvrira également la question de la technique psychanalytique, la
place du langage dans cette dernière, et des modulations techniques qu’exigent
certains contextes psychopathologiques dans lesquels on a de plus en plus souvent
recours à des « médiations ».
Ce séminaire s’inscrit dans la continuité d’une discussion que nous avons commencé
il y a quelques années autour des « formes de l’informe », et qui nous a amené dans
les dernières années à nous pencher sur les rapports entre le jeu, le fantasme, la
fiction, les formations esthétiques, le paysage. Au-delà des catégories
psychopathologiques, nous nous intéressons aux lieux dans lesquels évoluent les
pratiques cliniques contemporaines, notamment lorsqu’elles ont affaire à l’informe, à
l’extrême, aux limites, dans un dialogue permanent avec d’autres disciplines qu’essayent aussi de rendre compte de ces transformations, notamment des
philosophes, des artistes et des anthropologues.

Pour accéder à l’enregistrement, veuillez cliquer ici.



Citer ce billet
Franziska Humphreys (2021, 14 novembre). Séminaire thématique “La technique, la main, le regard” Figurabilités. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oh7a

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.