Fantasme, jeu et formations esthétiques adolescentes

Eric Bidaud (U de Paris) et Derek Humphreys (Univ Sorbonne Paris Nord)

Les lundis de 13 à 16h : 19.10, 16.11, 14.12, 18.1, 15.3, 3.5 au Campus Condorcet, Bâtiment Recherche Sud salle 0.030. 

Les confinement nous oblige à continuer cette réflexion à distance, sur ZOOM

Mettant en tension vérité et fiction, notre intérêt par la notion de fantasme ne réside pas sur sa capacité à donner accès à une scène traumatique, mais dans la dimension de vérité (clinique) sur laquelle il opère, malgré (ou grâce à) son caractère fictionnel. Nous nous intéressons au jeu en tant que production d’individuation face à la confusion et au chaos, en tant que passage vers un nouveau registre à partir des procédés de répétition/variation. Fantasme et jeu seraient ainsi deux sources de surprise et de création, des manifestations du sujet face à la dé-liaison. En donnant accès à une nouvelle forme de temporalité, à un nouveau espace-temps, ils permettent au sujet de sortir des pièges du symptôme grâce à l’interprétation. Dans ce séminaire, nous voudrions nous pencher sur la manière dont la psychanalyse, l’art et les sciences sociales rendent compte de ces transformations et créations. Cette année nous développerons de manière particulière les rapports entre image, paysage, fiction et pornographie.

Pour écouter la discussion du 18 janvier 2021, cliquez ici